En France, nous donnons beaucoup de leçons de « morale » aux autres pays mais sommes-nous si « ouverts » que cela, sans préjugés et bienveillants, à l’égard de ceux et celles qui entreprennent sur le tard … Je l’ai appris à mes dépens et à travers la description de mon parcours, vous vous rendrez compte qu’il existe encore beaucoup d’a-priori sur ce sujet.

 

Entreprendre à 55 ans, et alors ?

L’auto-entreprenariat, c’est quelque chose qui me « titillait » depuis qu’Hervé Novelli avait créé ce nouveau statut sous le mandat de Nicolas Sarkozy. J’ai trouvé l’idée « enfin » neuve et j’ai su, que j’utiliserai un jour ce statut pour réaliser , non pas mon rêve, mais mon envie d’être autonome, libre sans avoir à me justifier auprès d’un employeur, d’un collègue … Je me trompais lourdement car j’avais oublié un petit détail, le jugement des autres, qui a failli me faire renoncer à mon projet. Je vous livre ici quelques réflexions qui, je l’avoue, m’ont parfois laissée sans voix … :

« Ma pauvre dame, à votre âge ! » (Si j’avais prétendu participer à Miss France, j’aurais compris que l’âge pouvait être un obstacle,mais là?) ou bien « Vous savez, de nos jours, il faut savoir utiliser Internet et les réseaux sociaux » (Parce que forcément, j’étais « Has been » et je m’éclairais encore à la bougie !) ou bien encore « Laissez la place aux jeunes ! » (Je ne prenais la place de personne, et la liberté d’entreprendre n’a jamais nui à quiconque). La remarque la plus méchante, sans doute est celle-ci :  » Laissez tomber , c’est voué à l’échec » … Cette méfiance liée à l’âge est tout aussi présente à l’égard des très « jeunes » qui se lancent et qu’on qualifie « d’immatures » sous prétexte qu’ils n’ont pas encore assez vécu….Bref, un florilège de remarques tout aussi erronées que inutiles, à ce moment précis, je découvrais la difficulté à être crédible dès lors qu’on est un ou une « quinqua ». Devrai-je constamment devoir me justifier ou allait-on me laisser faire sans systématiquement me décourager?

Pourquoi avoir choisi d’être Ecrivain Public à Dunkerque ?

Quand on crée une micro-entreprise (c’est le nouveau terme) , c’est pas pour « faire mumuse » non plus, il faut quand même trouver une activité en adéquation avec ses aptitudes, j’ai donc rapidement fait une liste de ce que je savais faire , et trois activités se sont détachées des autres :

  •  Chef à domicile (Eh oui, je suis un cordon bleu !)
  •  Ecrivain Public (Je manie « assez bien » la langue française!)
  • Conciergerie de quartier (J’aime créer du lien social!)

Oui, mais voilà, il fallait tenir compte de toutes les contraintes, de la concurrence, des petits investissements de départ et j’optai, rapidement, pour la deuxième possibilité, à savoir, devenir Ecrivain Public à Dunkerque, puisqu’il n’y en avait aucun et que je voulais aussi « réhabiliter » cette profession qui véhicule une image assez austère, il faut le reconnaître.

J’ai créé ma micro-entreprise en quelques clics, sans bouger de chez moi et en une semaine, j’avais pratiquement terminé mes démarches : Changement de Régime de Sécurité Sociale, création d’un espace pro aux Impôts, création de ma Page Facebook, de mon site Internet,logiciel de facturation  etc …).

Super ! J’allais, enfin, pouvoir rendre service aux autres, les écouter, transmettre mon petit savoir, utiliser mon expérience (compte-tenu de mon grand âge!) pour conseiller, guider, aider. Il faut savoir qu’un auto-entrepreneur fait tout, « tout seul » : Il s’occupe de sa communication, de la prospection de clientèle, de sa comptabilité …

NE COMPTER QUE SUR SOI-MÊME !

Je me suis laissée six mois, pour faire un premier point, sachant pertinemment, que les premiers temps seraient cahotiques … Je ne me suis pas trompée et si j’ai bien compris une chose, c’est qu’un micro-entrepreneur est seul, et qu’il ne doit compter que sur lui-même!

Je propose un éventail de prestations que je qualifierais de variées, destinées aussi bien aux particuliers, qu’aux associations, ou aux entreprises en passant par les collectivités. Je décline mon activité dans 7 catégories :

  •     Le soutien scolaire
  •       L’aide administrative
  •   L’aide informatique
  •    La rédaction de CV & conseils
  •      La correction de textes & mémoires
  •      La communication
  •  Les vacations personnalisables

Je donne de ma personne, en faisant du porte à porte, de la distribution de flyers sur les marchés, en animant régulièrement ma Page Facebook et actualisant mon site internet. Je suis visible dans les pages jaunes, sur Mappy et sur des sites bien connus comme « Je me propose » ou « Le Bon Coin » .

Je regrette sincèrement , que les micro-entrepreneurs du Dunkerquois (et il y en a énormément) soient si peu mis en avant par la collectivité. Pourquoi ne pas organiser un salon dédié à Dunkerque?

Néanmoins, je commence à récolter le fruit des petites graines que j’ai semées de ci, de là, mais je me projette aussi dans l’avenir, en me positionnant par exemple , comme entreprise locale proposant des services aux résidents de la future Résidence Seniors qui va être construite dans quelques mois à Dunkerque.

Alors La Plume Dunkerquoise n’a pas dit son dernier mot, et je me suis débarassée des plombs reçus , je peux, à présent, voler de mes propres ailes….

Finalement, quoi qu’en disent certains, s’investir dans une activité à plus de 50 ans, ça rajeunit ! What else?

 

Mon site internet : https://laplumedunkerquoise.jimdo.com/

Ma Page Facebook : Ecrivain Public – La Plume Dunkerquoise

Twitter : https://twitter.com/LeScribeDK

 

Crédit Photos : Pixabay